Mes billets de blog

Non classé

Ma petite histoire…

Je vous ferai grâce de mes premières années d’écriture, des concours de poésie auxquels je participais, des histoires courtes que j’écrivais dans ma jeunesse. Passons directement à ces quelques dernières années… Sur un coup de tête, je me suis lancée dans des concours de nouvelles. J’en ai gagné quelques-uns, si bien que le format de la nouvelle m’a finalement semblé trop court. J’ai alors écrit des pièces de théâtre, dans lesquelles je jouais avec ma troupe… Jubilatoire, mais encore trop court ! Je me suis décidée à écrire mon premier roman, « Au-delà des apparences » qui a participé à un concours organisé par Draftquest et Librinova. Il fut l’un des lauréats et s’est retrouvé en quelques semaines sur tous les sites de vente de livres numériques ! Tout s’était déroulé si vite… Je n’espérais en vendre qu’une vingtaine, à mes amis, ma famille. Mais pour cela, il fallait que je sorte de ma sphère intime et que j’ose l’annoncer à un public légèrement plus large.

J’ai commencé à communiquer sur mon profil Facebook. Mais les informations sur mon livre se retrouvaient mélangées à des photos personnelles ou des vidéos amusantes… J’ai donc créé ma page « Marilyse Trécourt – Ecrivain ». La peur au ventre, le syndrome de l’imposteur chevillé au corps… Mais j’ai continué, pour voir. Au début, j’ai eu du mal à faire la part des choses entre les messages qui ne devaient figurer que sur ma page et pas sur mon profil et inversement. Après tout, je ne suis qu’une seule personne (pas totalement schizophrène). Et puis, après quelques tentatives, quelques errements et quelques maladresses, j’ai trouvé un axe qui me convienne. Ma page me sert désormais à parler de mes livres, mais aussi de moi dans ma vie d’auteur, de mes sources d’inspiration, de mes doutes parfois et de mes satisfactions liées à l’écriture.

Depuis ce moment-là, les ventes de mon livre ont décollé. Et celles des suivants « Le Bon Dieu sans confession », « Otage de ma mémoire » et « L’ombre du Papillon » également. D’abord auto-publiés, ils sont à présent édités par des maisons d’édition nationales (ou ils vont l’être dans les prochains mois). Pour vous donner une idée, mes ventes sont de l’ordre de 18 000 en trois ans. On est encore très loin des best-sellers, mais je suis malgré tout extrêmement surprise  de ce chiffre, moi qui n’imaginais n’en vendre qu’une vingtaine…

Mais attention : c’est le chiffre qui me surprend, pas la force de la communication digitale. Celle-ci, je n’en doutais pas. Diplômée et professionnelle de la communication depuis plus de vingt ans, j’en maîtrisais déjà les outils et les techniques, ce qui m’a fait gagner un temps fou. Pourtant, parler d’un produit ou d’une entreprise et parler de soi et de ses oeuvres, sont deux choses très différentes et représentent bien souvent un frein pour les auteurs. La plupart sont assez pudiques et n’aiment pas « se vendre ». Or, ici, il ne s’agit pas de nous vendre comme si nous n’étions qu’un paquet de lessive, mais de partager sa passion, son univers, ses histoires avec des personnes que ça intéresse. Et là, le positionnement est très différent, vous ne trouvez pas ?

Néanmoins, trouver la bonne stratégie de communication, l’axe le plus pertinent, le ton juste, la bonne fréquence de communication, les messages efficaces, les visuels percutants, les interactions et les leviers qui vont nous faire progresser, cela s’apprend. Je l’ai appris, grâce à mes expériences, ma formation et l’aide de personnes expertes dans leur domaine.

Aujourd’hui, j’ai envie de partager tout ce que j’ai appris avec vous, pour vous permettre d’aller plus vite, de vous faire connaître et de vous épanouir pleinement dans votre vie d’écrivain. La plus belle qui soit (selon moi !).

Publicités
Astuces

Une com au top pour ma séance de dédicaces !

Une librairie vient d’accepter que vous veniez dédicacer vos livres chez elle ? C’est génial, vous allez pouvoir vous présenter en tant qu’auteur (et c’est parfois une grande première !), découvrir de nouveaux lecteurs et parler de vos ouvrages.
C’est à la fois galvanisant mais aussi… inquiétant ! Comment organiser cette séance de dédicaces ? Comment la faire connaître ? Comment se comporter ?
Voici mes astuces pour vous y préparer et mettre en place une communication au top !

Avant (J-7)

Multitask-ElDato– envoyez un communiqué de presse aux médias locaux

– créez un événement dans Facebook avec le maximum d’informations : lieu, horaire, livre dédicacé. Le visuel de l’événement devra comporter la date et le lieu également. En description, n’hésitez pas à vous confier sur votre état d’esprit (joie, impatience, trac…) et sur les coulisses de la préparation (marque-pages, goodies, stylos spécial dédicaces, objets…). Bref, il s’agit d’événementialiser cette séance !

– n’hésitez pas à enregistrer une vidéo (ou un live) de vous-même pour annoncer l’événement.

– invitez tous vos amis habitant dans la région à participer à l’événement ou à le partager via Facebook

– partagez l’événement sur votre page et sur votre profil, votre site ou vos autres réseaux sociaux

– préparez des flyers format A5 présentant le visuel de la couverture d’un côté et le résumé de l’autre, ainsi que des indications sur les lieux de vente du livre.

– vous pouvez aussi, si votre budget le permet, acheter des rolls-up (grands présentoirs amovibles) et faire imprimer de grandes affiches si le libraire n’en a pas prévu.

– achetez des bonbons !

– prévoyez des accessoires pour attirer l’attention des clients et liés à l’univers de votre livre (grande plume d’oie, costume, objets hétéroclites…) et si vous en avez envie, des tampons encreurs, des crayons de couleurs, des stickers… pour illustrer votre message, si cela reste cohérent avec votre univers.

– si vous êtes stressé, dites-vous que ce sera l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes, d’échanger avec elles sur votre livre ou de littérature en général, et préparez-vous à passer un bon moment !

– J-1 : rappelez l’événement et incitez les lecteurs à venir (ou leurs connaissances)

Jour J :

     > publiez un post (Facebook) quelques heures avant (« tout est prêt, je suis impatient de vous rencontrer ! Qui sera là ? »),

     > au moment de l’installation, publiez une photo de vous assis à la table de dédicace derrière la pile de livres (« Je vous attends ! »).

Pendant la séance :

18596900_1372309406185512_1565640775_o– prêtez attention à la présentation de votre table : pile de livres joliment dressée, coupelles de bonbons, marques-pages et flyers, objets intrigants…

– allez vous présenter au personnel de la librairie : offrez un flyer et un marque-page à chacun en leur expliquant le sujet de votre livre. Ce sont eux qui pourront vous envoyer des acheteurs potentiels !

– ne restez pas assis derrière votre table (vous finiriez par vous ennuyer !) : restez debout et n’hésitez pas à aller à la rencontre des clients de la librairie et à les aborder avec le sourire : « Bonjour ! Excusez-moi de vous déranger. Je m’appelle… et je dédicace mon dernier livre (nom) aujourd’hui. C’est un roman de (amour, aventure, thriller…) qui raconte l’histoire de… (en deux phrases). C’est un genre qui pourrait vous intéresser ? Je vous laisse découvrir le résumé sur le flyer. Et si vous désirez en discuter ou avoir une jolie dédicace personnalisée (pour vous ou pour offrir !), je suis juste à côté. Merci ! ». Ceci n’est qu’un exemple, c’est à vous de trouver le message qui vous correspond, et de faire preuve de plus d’humour ou d’originalité si vous le souhaitez !

– Si la personne vous répond qu’elle n’est pas intéressée par ce genre-là, discutez avec elle de ses goûts. Laissez-lui le flyer « au cas où une personne de sa connaissance serait intéressée ».

– adoptez une attitude avenante, ouverte et une fois encore, faites preuve d’humour ! Ça casse la glace très rapidement et attire la sympathie !

– pendant la dédicace, prenez le temps de discuter avec l’acheteur : qui est-il ? que lit-il habituellement ? d’où est-il ? Bref, nouez le contact et invitez-le ensuite à vous suivre sur les réseaux sociaux pour continuer à échanger.

– prenez le temps également de rédiger un joli message et de le décorer éventuellement (dessins, tampons stylisés en lien avec l’univers du livre). L’acheteur sera touché de l’attention et les autres clients verront qu’une personne attend à votre table, ce qui en attire généralement d’autres.

– pensez à noter les prénoms des personnes rencontrées sur un carnet. Cela vous servira à rédiger votre post de compte rendu de dédicaces le lendemain.

– gardez le sourire quoi qu’il arrive !

– avant de partir, n’oubliez pas de remercier le libraire et les personnes qui vous ont accueilli. Laissez des marque-pages dans les livres qui resteront en magasin.

Après la séance…

téléchargement– rédigez un récit de cette séance en pensant à remercier la librairie (en citant les prénoms des personnes que vous avez rencontrées et en les taguant si possible) et tous ceux avec qui vous avez échangé (avec leur prénom). N’hésitez pas à raconter des anecdotes, des discussions instructives, etc.

Bref partagez votre aventure avec ceux qui ne l’ont jamais vécue, ça les intéressera à coup sûr !

Vous avez besoin d’un coup de main pour l’organiser ? Contactez-moi !

Témoignages

Comment créer du lien social pour rencontrer ses lecteurs ?

Vanessa Lavergne, consultante en stratégie digitale, est intervenue lors du Salon du livre de Paris 2017 lors d’une masterclass organisée par Librinova sur la promotion de son livre sur les réseaux sociaux. A cette occasion, elle a expliqué comment il était possible de créer du lien social sur un réseau tel que Facebook pour le transformer ensuite en « vraies » rencontres. Pour illustrer cette notion, elle a pris l’exemple de ma page Facebook… Je vous laisse découvrir l’extrait en vidéo.

Retrouvez l’intégralité de la masterclass sur la page de Librinova.

masterclass

Vous voulez que nous en discutions ensemble ? Contactez-moi !

Non classé

Utiliser les réseaux sociaux pour vendre mes livres ? Trop facile !

livres-et-smartphone.jpgCréer un compte Facebook, Twitter, Instagram, c’est facile, tout le monde peut le faire ! C’est vrai. Mais quand on souhaite proposer un service ou une œuvre telle qu’un livre à des clients potentiels, il vaut mieux réfléchir à deux fois à la manière dont on se présente sur les réseaux sociaux.

 

Car là, il ne s’agit plus de partager nos photos de vacances avec nos amis mais de renvoyer l’image d’une personne crédible, qui inspire confiance et qui nous donne envie de travailler avec elle ou de découvrir son œuvre.

Crédible, ça veut dire quoi pour un écrivain, par exemple ? Ça signifie que l’écrivain en question incarne sur sa page Facebook ou son compte Twitter une image cohérente avec le genre de livres qu’il écrit. Alors il ne s’agit pas non plus d’avoir la tête d’un tueur à gages quand on est auteur de romans policier ! Mais tout, dans le choix de l’iconographie (des illustrations des posts et même de la photo de profil), du ton des publications, des informations qui seront diffusées et de l’univers même de la page, tout devra garder une certaine harmonie qui indiquera sans équivoque aux amoureux de polars que les romans de cet auteur devraient nous plaire. J’ajoute que la crédibilité de l’auteur passera également par le soin porté à la correction de la langue utilisée dans les posts, mais c’est un autre débat…

PERSO

Au-delà de l’image de la page, doit-on systématiquement partager tout ce qu’on y publie sur notre profil personnel pour être sûr que tout le monde l’ait vu ?

Et inversement, doit-on raconter que l’on a mangé une pizza quatre fromages sur notre page ?

Ici, je sens qu’une précision s’impose… Un profil Facebook, c’est, pour schématiser, un journal (plus ou moins) intime que vous partagez avec vos amis. Vous pouvez donc effectivement y raconter vos dernières vacances, y poster une photo de votre pizza quatre fromages, à vous de voir si ça intéresse vos amis, comme cela se passe dans la vie réelle, d’ailleurs. Mais votre page, vous devez vous la représenter comme la vitrine de votre magasin. Y afficheriez-vous les photos de vos dernières vacances avec Tata Simone ? Non, à moins que vous ne soyez photographe et que vos photos soient particulièrement artistiques… Sur votre page, vous devez publier des informations qui intéressent vos clients, qui leur apportent de la valeur ajoutée, et liées à votre activité « professionnelle », car même si vous êtes amateur, à partir du moment où une personne paie pour acquérir l’un de vos services ou biens, je pense qu’il faut avoir envers elle un positionnement professionnel.

Ok, tout ce qui relève du domaine de mon activité « professionnelle » sur ma page et tout ce qui est personnel sur mon profil privé… Oui, mais ce n’est pas si simple !

Car si vous vous contentez de faire de l’auto-promotion sur votre page, si chacun de vos posts exprime le message « achetez mon roman (ou mon service), il est super chouette ! », au bout d’un moment, les clients potentiels vont se lasser, quelle que soit la qualité de vos messages. Pour éviter cet écueil, il vous faut livrer un peu de vous-même. Vous n’êtes pas sans doute pas qu’un auteur ou un conseiller distant et froid, qui veut rester éloigné de ses clients, sinon vous ne chercheriez pas à gagner en notoriété sur les réseaux sociaux. Vous êtes une personne humaine (a priori !) avec des passions, des centres d’intérêt, des anecdotes de la vie quotidienne, des grands moments de satisfaction, des périodes de doute, des questions… Bref, vous êtes vivant (eh oui, c’est un scoop !). Et au-delà du service que vous proposez, les clients ont besoin de savoir que vous n’êtes pas qu’une vitrine, mais aussi une personne à laquelle ils peuvent s’identifier, voire s’attacher, poser des questions sur son « métier » et créer avec elle une relation extra-professionnelle, une relation humaine.

PERSO 2
Rodho : dessin de presse

Oui, mais tu nous as dit qu’il ne fallait pas raconter notre vie sur notre page !

C’est vrai ! Mais c’est là qu’il va falloir doser. Raconter un peu de vous mais pas trop. Donner des anecdotes si elles restent cohérentes avec votre univers, votre personnalité d’auteur. Partager des informations si vous pouvez, de manière subtile, les raccorder à votre « métier », votre livre ou votre service.

Autre impératif : échanger avec les fans de votre page

S’ils l’ont likée, c’est qu’à un moment donné, ce que vous leur proposiez les intéressait. À vous de ne pas les décevoir par la suite. Intéressez-vous à eux, comme eux s’intéressent à vous. Posez-leur des questions, répondez à leurs commentaires, interagissez avec eux. Car au-delà de la relation privilégiée que vous allez créer avec eux, ces échanges vont générer une diffusion virale de vos posts. C’est une maladie ? En quelque sorte… Cela signifie que les likes et partages de vos fans seront visibles par les amis de ces derniers (comme si c’était contagieux !). Et plus la portée virale est grande, plus la diffusion du contenu est pyramidale. Mais c’est un autre sujet dont nous reparlerons plus tard…

Là, vous vous dites « c’est bon, j’ai compris comment je dois communiquer sur ma page Facebook, et je n’ai plus qu’à le dupliquer sur les autres réseaux sociaux et c’est gagné » !

RSX SX

Hum… Pas si simple. Parce que chaque réseau social a ses règles, son mode de fonctionnement et parfois même un public différent qui a des attentes spécifiques. Il vaut mieux les connaître et adapter son message à chacun d’eux, tout en gardant une cohérence d’ensemble. C’est un peu comme en cuisine, si vous voulez que votre plat soit apprécié, il faut doser chaque ingrédient et y ajouter une bonne dose d’attention (pour ne pas dire d’amour) pour les personnes qui le goûteront…

Autres questions à vous poser : faut-il absolument être sur plusieurs réseaux sociaux ? Quels sont ceux qui sont les plus appropriés pour moi ?

D’autres paramètres entrent en ligne de compte, le choix de l’iconographie, les liens, les tags, les partages… Mais nous verrons cela dans un prochain article.

Ça vous paraît plus simple ? Tant mieux ! Lancez-vous ! 🙂

cropped-cropped-cropped-marilyse-stories-1.png

Et si vous préférez être accompagné dans l’élaboration de votre propre recette de cuisine, si vous souhaitez faire réaliser un diagnostic de votre présence sur les réseaux sociaux, et obtenir un plan d’actions personnalisé pour mettre en place une stratégie de communication efficace et opérationnelle qui vous rendra plus visible et surtout qui rendra votre offre plus attractive, contactez-moi !

Non classé

Les réseaux sociaux : quel intérêt pour un auteur ?

william-iven-19844

Pourquoi un auteur devrait-il communiquer sur les réseaux sociaux ? Ne devrait-il pas se contenter d’écrire des histoires ?
Non. Pas s’il veut se faire connaître…

Il y a encore vingt ans, quand un auteur écrivait un roman, il l’annonçait à sa famille, son groupe d’amis, éventuellement ses collègues de travail, sa boulangère… Bref, la viralité de l’information n’était pas optimale !

Heureusement, Internet est arrivé, avec dans ses poches, les fameux réseaux sociaux ! Décriés par certains, craints par d’autres, ils n’en restent pas moins un vecteur de communication incroyablement efficaces si on sait les utiliser correctement.

Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram… l’utilisation des réseaux sociaux s’est largement répandue. D’ailleurs, plus de 10 millions de Français possèdent un compte Facebook.

Le monde de l’édition n’échappe pas à la règle et de nombreux éditeurs ou auteurs possèdent un profil perso, une page, un compte Twitter, car ils ont compris qu’ils pouvaient tirer profit de leur présence sur les médias sociaux.

D’ailleurs, aucune politique de communication efficace ne peut se passer d’un plan social media.

Outre le faible coût de l’opération, les avantages sont nombreux :

  • Les réseaux sociaux développent la notoriété, la visibilité d’un auteur et de son livre

Vous attirez une communauté de fans, d’amis ou de followers, intéressés par vos ouvrages, mais aussi par vous, votre univers et ce que vous représentez.

Vous pouvez ainsi tisser une relation de proximité avec vos lecteurs, dialoguer avec eux, comprendre leurs ressentis, leurs attentes, au lieu de rester seul devant votre ordinateur !

  • Ils permettent également d’attirer de nouveaux lecteurs

Un roman, c’est une histoire (bien sûr !), mais aussi des thèmes, des personnages, des lieux, des prises de conscience… Bref, un roman, c’est une mine d’informations sur lesquelles un auteur peut rebondir pour parler de son livre et séduire des lecteurs qui seront attirés par tel ou tel aspect de ce roman. Il ne vous reste plus qu’à mettre en scène votre roman en choisissant les aspects susceptibles d’intéresser vos lecteurs potentiels.

  • Un nouvel espace de vente et de promotion de vos ouvrages

Grâce à un système de liens, les réseaux sociaux permettent de mettre en avant les promotions sur vos livres numériques (le prix du livre papier étant fixe), et d’inciter tout naturellement vos lecteurs à acheter votre ouvrage sur les (ou votre) sites marchands.

  • Un booster de relations publiques et professionnelles 

Une page Facebook efficace attirera non seulement des lecteurs, mais aussi des blogueurs littéraires, des journalistes et… des éditeurs. Il est donc primordial de mettre en place une stratégie éditoriale pertinente, de publier des contenus de qualité et adaptés aux attentes de votre cible, c’est-à-dire vos lecteurs.

Un auteur peut se contenter d’écrire sans chercher à se faire connaître. Si c’est votre cas, c’est parfait ainsi. Mais si vous souhaitez partager votre passion avec vos lecteurs, si vous voulez que votre histoire commence ici, vous savez ce qu’il vous reste à faire…

Vous voulez qu’on en discute ? Contactez-moi !